Actif ou productif
Devenir libre

Actif ou productif, là est la question

Tu désires développer ta liberté et voyager plus ! Tu as des projets pleins la tête pour transformer ta vie ! Mais es-tu actif ou productif ?

Cette question est loin d’être anodine.

Nous connaissons tous un chef de service ou un patron qui court dans tous les sens avec un air afféré, mangeant sur un coin de table ou laissant son café refroidir, plongé dans un dossier. Pourtant, personne n’est dupe. S’il brasse quelque chose, c’est surtout de l’air.

Derrière l’exemple caricatural (quoique) se cache une autre réalité, qui nous affecte tous : nous avons tendance, dans certaines circonstances, à confondre activité et productivité.

Actif ou productif ?

Mais quelle est la différence ?

Par rapport à un objectif donné, être actif consiste à enchaîner les tâches.

La personne active réalise des tonnes de choses durant un temps considérable, mais avec peu de résultats.

Il est difficile de la blâmer puisqu’elle fait quelque chose et qu’elle semble dévouée.

La personne productive, quant à elle, tentera de trouver les tâches les plus efficientes afin d’obtenir le résultat désiré.

C’est bien entendu l’approche la plus pragmatique : nous n’avons pas de temps à perdre pour accomplir nos projets. Mais ce n’est pas pour autant la plus évidente, même si ce n’est pas toujours conscient.

Les principales causes

actif ou productif

Le modèle de travail

Le modèle de travail de base qui nous est inculqué depuis tout petit est principalement basé sur l’activité.

En effet, il s’agit, pour un employé ou un ouvrier de fournir des prestations de tâches durant un horaire fixe. Ni plus ni moins.

Un employé, ou un ouvrier, qui s’est montré particulièrement productif ne pourra pas rentrer plus tôt (sauf rares exceptions, comme dans les entreprises dites « libérées. ») Pire, pour le féliciter, il recevra de nouvelles tâches pour lesquelles il est attendu qu’il fasse preuve d’autant de productivité.

Le manque de direction

Nos résultats sont les fruits de nos actes.

Mais qu’est-ce qui conditionne nos actes ?

D’une part, il y a le plan, la vision, que nous avons pour notre projet. L’objectif est-il bien défini ? La façon d’y arriver est-elle claire et perçue comme telle ?

À l’instar d’un navigateur sans carte ni cap, mais avec du vent, nous avançons pour avancer, mais n’arriverons jamais.

Nos propres émotions

Un autre élément qui définit nos actes est nos émotions.

Nous pouvons vouloir très fort atteindre un résultat, comme devenir libre financièrement, avoir une vision claire sur la façon d’y parvenir, mais ressentir une peur importante à l’idée d’emprunter cette voie.

Dans mon exemple de chef de service, plus haut, cela peut-être la peur de perdre son poste qui le pousse à être actif en permanence. Le but étant de se rassurer et de démontrer à quel point il est indispensable.

Dans le cadre d’un projet personnel, nous allons plutôt avoir recours à la procrastination intelligente. Nous allons reporter au lendemain les tâches qui sont pertinentes pour nous concentrer sur des broutilles ou des détails. Nous saboter inconsciemment, en quelque sorte.

Changer de paradigme

Pour avancer dans tes projets personnels, tu dois favoriser la productivité à l’activité. Ton temps est trop précieux.

Pour cela, il faut être conscient de la raison pour laquelle tu es plus actif que productif.

D’autres modèles de travail

Si tu n’as toujours eu qu’un modèle de travail basé sur l’activité, il est intéressant de te former à d’autres types de travail, tels que l’entrepreneuriat.

Des livres, tcomme le Quadrant du Cashflow de Robert Kiyosaki, te seront d’une aide précieuse pour acquérir l’état d’esprit nécessaire.

Organiser son projet

Pour réaliser tes projets, il te faut un plan clair et précis. C’est essentiel.

Ton but est-il clairement défini ? Est-il SMARTER (un acronyme résumé dans cet article) ?

Ton objectif clairement défini, quelles seraient les grandes étapes à réaliser par trimestre pour y parvenir ? Par mois ? Par semaine ?

Tu commences à avoir un début de plan que tu peux à présent indiquer dans ton agenda. Tu as tes grosses pierres telles que décrites dans cette vidéo.

Bien évidemment, il faut que tu définisses correctement tes priorités, comme je l’expliquais dans l’article “Ta liberté comme priorité.”

La méthode décrite dans Zen to Done est très efficace pour t’aider à améliorer ta productivité.

Les bonnes pensées

Tes émotions sont le fruit de tes pensées.

Le chef de service hyperactif de mon exemple à peur pour son poste. Cette peur vient du fait qu’il pense que sa place est menacée. Cette pensée peut être basée sur des faits objectifs (il a reçu un avertissement de la direction) ou sur des croyances. Mais dans tous les cas, il a peur et cela fausse son jugement et ses priorités.

Dans le cas de ton propre projet, il y a de nombreuses raisons d’avoir peur : échouer et devenir pauvre, perdre la confiance de la personne qui partage ta vie… Toutes ces peurs sont le fruit de pensées.

La bonne nouvelle, c’est que nous pouvons agir sur nos pensées.

Il existe de nombreuses méthodes pour y parvenir, comme expliqué dans cette interview de Frédéric Lilienfeld par Olivier Juprelle du blog Strategie Video.

En avant vers tes projets

Alors, es-tu plus actif ou productif ?

Raconte-nous comment tu vis cela en commentaire. Cela aide aussi à prendre conscience.

Et puis, rassure-toi, nous sommes des milliers à nous saboter chaque jour.
C’est normal.
L’important est d’en prendre conscience et de persévérer.

Si tu as apprécié cet article, tu es libre de nous soutenir en t’abonnant à ce blog et en aimant notre page Facebook.

Remarque : Cet article contient des liens affiliés. Nous percevons une petite commission si vous l’utilisez. Cela nous permet de continuer à faire vivre notre blog.

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  • 11
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *